Loading
Fév 16, 2016

Louisa Battoy

Mère de Nantes

Militante tout terrain et pas de salon, la fondatrice de l’association Casse ta routine et médiatrice sociale se bat au quotidien pour les habitants de Nantes Nord, son quartier, sa vie.

C2, direction Le Cardo, arrêt La Coulée. En cette fin de matinée, les rayons du soleil frappent les façades des immeubles. Au pied des petites tours, des gamins jouent au foot. Devant Mister Binch, café de la route de La Chapelle-sur-Erdre, ça boit le café et ça tire sur les clopes. Juste à côté, Louisa Battoy, souriante comme cela n’est pas permis, nous ouvre les portes de son local riquiqui. Celui de Casse ta routine, « fenêtre ouverte sur la citoyenneté et la convivialité urbaine », maison des laissés pour compte, rendez-vous de celles et ceux, jeunes ou non, qui ont besoin d’une oreille attentive.
« Ni éducatrice, ni assistante sociale », le petit bout de femme voilée qui se tient derrière le bureau est une militante de tous les jours. « Je n’arrête jamais. Dès fois, ce n’est pas facile ; mais les gens comptent tellement sur vous. Je suis là pour faire changer les choses, pour alerter les politiques », explique celle qui se définit comme « profondément de gauche, mais pas encartée ». Et pour Louisa, « arrivée par hasard sur Nantes » il y a un peu plus de 20 ans, alerter veut dire bouger, bousculer. « Casse ta routine n’est pas simplement une association proposant des sorties, des actions consommatrices. Nous sommes complémentaires des Missions locales, de Pôle Emploi. On a besoin d’eux et réciproquement. Car ils n’arriveront à rien sans nous ». Le constat est sans appel. « Mais c’est la vérité. La précarité est bien réelle. Les gens n’en peuvent plus et vont de plus en plus mal ». Les jeunes y croient de moins en moins. Et les anciens sont de plus en plus seuls. « Une réaction est nécessaire. Si l’on prend l’exemple des jeunes, ils n’ont qu’un rêve : celui de sortir du quartier. Il faut aujourd’hui convaincre les acteurs économiques qu’ici, il y a du potentiel ». Son discours vaut tous les tweets de Jamel Debbouze.
Au fil de la discussion, la seule salariée de Casse ta routine n’égratignera jamais Nantes Nord. Louisa Battoy n’y règne pas, ce n’est pas son genre. Mais elle y a acquis une expertise que personne ne peut remettre en question. « Je suis entourée d’amis, issus de tous milieux, de tout Nantes, qui me disent de davantage m’imposer. Mais je ne regrette rien. Au contraire ! Mes convictions sont identiques à celles que j’avais en arrivant ici. Aujourd’hui, Casse ta routine est un endroit qui ne ressemble à aucun autre ». Après une heure d’une rencontre enrichissante, on laisse Louisa Battoy à son combat ordinaire carburant au super en se disant que la mère de Nantes vit à l’ombre du Chêne des Anglais.

> www.cassetaroutine.com

Le 16 février 2016

Par Arnaud Bénureau
Photo Gregg Bréhin
Share on FacebookTweet about this on Twitter